Anaïs Maquiné-Denecker | CHOUCHOU MADE IN NORMANDIE

Deauville : De la voix off au polar, rencontre avec Anaïs Maquiné-Denecker

Née à Rouen et habitante de Deauville, Anaïs Maquiné-Denecker est une femme à la fois très connue, mais pratiquement inconnue. Un vrai paradoxe direz-vous. Et pourtant, c’est bien le cas. À l’occasion de la sortie de son premier polar « La Clé », dont l’intrigue se passe sur la Côte Fleurie, nous l’avons rencontrée. Elle nous a tout dévoilé sur sa carrière professionnelle, intense et diversifiée. 

Tout le monde connaît Anaïs Maquiné-Denecker. Mais très peu ont déjà croisé son regard. Pourtant pétillant et chaleureux. Ça fait partie des mystères de la télévision. Depuis plusieurs années, sa voix est entrée dans nos foyers, quelque soit la chaîne ou l’émission que vous regardez. Un peu moins présente ces derniers temps c’est vrai. Mais il n’y a pas encore si longtemps, elle était la voix off de « Chasseurs d’appart’ » sur M6. Qu’on la trouve énervante, enjouée, amusante ou sympathique, cette narration est devenue incontournable dans les programmes télé. Elle les fait vivre. Et en matière de voix off, Anaïs en connaît un rayon. La « Star Academy », « Confessions intimes » et « Sans aucun doute » sur TF1, « Belle toute nue » sur M6, c’était elle. Elle a également narré de nombreux numéros des magazines « 7 à 8 » sur TF1 et d’« E=M6 », dont elle a aussi été la rédactrice en chef pendant plusieurs années. Un poste qu’Anaïs a occupé pour « 10h le mag », « Les chefs contre attaquent », après avoir été journaliste-reporter pour « Zone interdite », « Vie privée vie publique », « Combien ça coûte », … Et tant d’autres émissions ayant rassemblé des millions de téléspectateurs. Rien que ça ! Car Anaïs est avant tout une journaliste. C’est en exerçant son métier pour ces émissions qu’elle a eu l’opportunité de causer dans le poste. 

Du micro au stylo

Puis en 2015, alors qu’elle lance la série documentaire « L’Histoire au quotidien » présentée par Mac Lesggy sur M6, Anaïs créé son blog Julia Inside TV dans lequel elle raconte tous les petits travers et secrets (pas toujours glorieux) de la télévision. Mais elle est démasquée et sa carrière à la télé en prend un coup. Pas de quoi décourager notre voix off. Julia Inside TV sort du web et devient un roman intitulé « Pour quelques minutes de célébrité ». Une pépite pour les amoureux du petit écran, ses téléréalités, ses talk show. Férue d’écriture et encouragée par le succès de son premier livre, Anaïs y voit l’opportunité de poursuivre dans la littérature, « j’ai toujours aimé écrire, mais je repoussais tout le temps. Et puis c’est venu avec mon envie de quitter la télé. J’en avais marre de ce milieu ». Ce qui est venu, c’est son premier polar « La Clé », qui vient de paraître. Le décor de cette intrigue à rebondissements très bien ficelée est la Côte Fleurie ; « je suis une grande lectrice de polars américains qui se passent souvent sur la Côte Est. Ici, les décors sont idéaux pour des polars. Le paysage dans lequel évoluent mes personnages est idyllique. Et le milieu de l’hippisme m’intéressait beaucoup. Donc Deauville et Trouville étaient parfaites ». Il est vrai qu’en refermant son livre, on ne pourrait soupçonner qu’ici, entre les belles plages, les belles villas et les beaux haras une telle histoire pourrait avoir lieu. Une histoire que La Gazette fleurie a adoré et qu’elle vous conseille vivement. 

Anaïs dédicacera son polar le 23 mai prochain à la librairie « La Petite Marchande de Prose » à Trouville. Elle travaille également à l’écriture d’un nouveau polar dont la sortie est prévue fin 2020. L’histoire se déroulera sur trois périodes ; années 40, 80 et 2000, entre la Normandie et les États-Unis.

Les p’tits secrets du polar « La Clé »

Évidemment, les habitants de la Côte Fleurie vont reconnaître bien des endroits dans ce polar. Mais des scènes se passent aussi au cimetière américain de Colleville, et en Seine-Maritime. Petit conseil de la rédac’ : si on sait rapidement que l’héroïne Emma va mourir, ne fermez surtout pas le livre quand vous aurez su comment… « La Clé » est une histoire à rebondissements ! Anaïs a travaillé une année complète sur son polar, avec un gros travail d’enquête, de repérages des lieux, de fiches sur les personnages, de leur mise en situation,… À sa lecture, vous ferez la connaissance du commandant Bertin. Un personnage inspiré du comédien Olivier Marshall, qu’Anaïs a fréquenté pendant des cours de théâtre dans le 10e arrondissement de Paris, alors qu’il était encore policier. 

Envie de lire d'autres articles dans ce genre ?

Les ESATS, chouchous made in Normandie

Les ESATS, chouchous made in Normandie

Sourires et joie de travailler dans les ESATS de Dozulé, Dives-sur-Mer et Troarn L’APAEI Côte Fleurie (Association des Parents et Amis d’Enfants Inadaptés) est un mouvement associatif créé pour développer une politique de solidarité à l’intention des personnes atteintes d’un handicap mental et de...

lire plus
FIZZER, chouchou made in Normandie

FIZZER, chouchou made in Normandie

FIZZER, une carte postale de Dives-sur-Mer L’histoire de Fizzer pourrait commencer par la célèbre phrase « Il était une fois… ». Une foi en un petit morceau de papier photo format A6, soit une surface de 155 cm², dont 330 millions d’exemplaires changent de main chaque année en France. Et c’est,...

lire plus
error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.