David le Barjo, chouchou made in Normandie

David, un « Barjo » infatigable à l’assaut du premier marathon de Deauville 

Tout juste rentré du triathlon de la Ferté-Bernard, dans la Sarthe, David s’apprête à participer, mi-septembre, au SwimRun sur la Côte d’Émeraude, en Bretagne. Une épreuve en binôme qu’il fera avec son amie Noëlle, et qui mêle natation en mer et course à pied. Surnommé le Barjo (voir hors texte), David est un infatigable. Mais pas un hyperactif. Il aime courir, faire du vélo et nager. Pourtant, il y a encore quatre ans, pratiquer le sport, ou même lui en parler, était presque inconcevable. « À l’école, quand il y avait endurance, je me cachais derrière un poteau » sourit le jeune trentenaire de Blonville-sur-Mer. Mais en 2016, un ami l’embarque faire un footing. C’est la révélation ! Et depuis sa première course, les 10 km de Lisieux en septembre 2016, David ne s’arrête plus. Boulimique de sport qu’il est devenu, il enchaîne les entraînements et les compétitions : 24 en 2017 et 28 l’année dernière, avec les incontournables marathon de Paris et triathlon de Deauville. « Je suis toujours allé au bout d’une épreuve, je n’ai jamais abandonné » se félicite l’athlète. N’allez pas lui dire pour autant qu’il a tout d’un pro, « je reste un amateur. Il y a bien meilleur que moi ». 

Une histoire de famille…

D’abord coureur, puis nageur et cycliste, celui qui est aussi secrétaire de l’EDAC (Estuaire de la Dives Athlétic Club) se plaît à varier les plaisirs et les défis sportifs, « c’est tout, sauf une contrainte ». Pour preuve, chaque jour ou presque, matin ou soir, été comme hiver, c’est plus de 40 km de vélo ou 2 000 m de natation, sans compter les heures de footing sur l’asphalte et à travers des chemins escarpés. Outre le SwimRun en septembre, David sera aussi sur la ligne de départ du premier marathon de Deauville le 17 novembre prochain pour 42,195 km de course à pied ! Une distance qu’il a déjà parcourue à trois reprises. Cette fois, il sera à domicile, encouragé par ses proches, et notamment son papa qu’il a récemment convaincu de se mettre au sport. Une vraie et belle histoire de famille puisqu’un cousin de David est professionnel en triathlon. Aussi, fort d’une énergie débordante et communicative, notre sportif blonvillais n’est pas prêt – et n’a pas prévu – de laisser ses baskets au placard. Bonne chance à lui pour les compétitions à venir…

Histoire d’un surnom…

David partage son aventure sur Instagram : david-le-barjo-de-ledac-14 Mais pourquoi « le barjo » ? Non pas qu’il est un brin fou, même si son signe particulier sur les photos c’est le tirage de langue, c’est tout simplement que sa première grande compétition fut le trail nommé… La Barjo, une épreuve de 50km dans la Manche. Depuis, ses proches le surnomment ainsi.

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.