Harold Hessel, chouchou made in Normandie

Harold Hessel : « Houlgate est une ville avec une vraie atmosphère familiale »

Vous avez des attaches avec Houlgate. Quelles sont-elles ? 

Depuis plusieurs années, mes parents y ont une villa. Je viens donc souvent en vacances ou en week-end. On connaît bien la Normandie, avant ils avaient une maison à Saint-Aubin-sur-Mer. Houlgate est une petite ville très charmante, avec de belles villas style Belle Époque et où il y a une vraie atmosphère familiale. 

Quel est votre parcours et comment êtes-vous arrivé dans l’émission ? 

J’ai un parcours un peu atypique. Après des études de droit et d’art, j’ai travaillé chez Drouot, puis pendant 10 ans pour un site Internet de vente en ligne d’objets d’art. J’ai ensuite monté ma structure autonome. Et le projet d’émission a vu le jour, j’ai passé le casting, j’ai été pris. Sachant que j’avais déjà participé à l’émission « Vos objets ont une histoire », sur France 2 présenté par Charlotte de Turckheim. Une émission très amusante à faire mais qui n’avait pas duré très longtemps faute d’audiences. J’ai aussi la chance de bien passer à la télé et d’avoir la faculté de bien transmettre l’histoire des objets de façon ludique. 

Justement, comment expliquez-vous le succès d’« Affaire Conclue » alors que « Vos objets ont une histoire » n’avait pas marché ? 

Ce n’était peut-être pas le bon moment. Et le concept était différent. On allait chez les gens et il n’y avait pas de vente. « Affaire Conclue » est plus dynamique. Il y a une attente, une curiosité des téléspectateurs entre le moment de l’estimation et celui de la vente de l’objet. C’est aussi une émission qui s’adresse à tout le monde, téléspectateurs comme vendeurs, avec des prix de vente qui vont de 10 à plus de 10 000 euros. Pour cela, la production participe aux frais de trajet des vendeurs et à l’acheminement des objets. 

Quel est votre meilleur souvenir dans « Affaire Conclue » ? 

Il y en a plein, mais surtout des souvenirs de vente record, comme il y a quelques semaines un lion en bronze vendu 12 750€. Et puis il y a des objets plus loufoques. Je me souviens d’une veste de torero, ou des souvenirs historiques très intéressants comme un cadre avec des reliques napoléoniennes. 

Et votre pire souvenir, hormis le jour où vous vous êtes évanoui lors de l’estimation d’une pompe à sang et qui vous vaut de passer dans les zappings ? 

Je suis phobique du sang et c’est vrai que quand j’ai eu à expertiser cet objet j’ai fait un petit malaise sur le plateau. Mais à vrai dire, ce n’est pas un pire souvenir. D’ailleurs, je n’en ai pas. Je n’ai que des bons souvenirs de rencontres, d’émotions, de famille et parfois intimes. 

Ce dimanche 27 octobre vous serez à Deauville pour une journée d’estimation. Comment cela va se passer ? 

Ça s’est organisé autour d’un déjeuner. Cette journée se déroule en partenariat avec Liberté Enchères qui exposera une série de photos avant d’être vendues quelques jours plus tard aux enchères. Ça se passe à l’hôtel Normandy. Les gens pourront venir faire expertiser gratuitement leurs objets. 

Aujourd’hui, est-ce que les gens vous reconnaissent dans la rue, même à Houlgate ? 

Oui, de façon épisodique. Les gens sont toujours bienveillants et c’est plaisant.

Liberté enchères présentera à l’hôtel Normandy de Deauville les 26 et 27 octobre une exposition de photographies en parallèle du festival Planche(s) Contact. Les œuvres seront ensuite vendues à Paris le 13 novembre.

Le dimanche 27 octobre, Liberté enchères proposera une journée d’expertises gratuites en présence d’Harold Hessel, commissaire-priseur, et Caroline Pietri, expert en bijoux. N’hésitez pas à venir avec vos objets d’art, bijoux, tableaux ou photographies entre 11h et 17h.

Enfin, dimanche 10 novembre aura lieu la vente de 200 bijoux et 50 montres, présentés les 8, 9 et 10 novembre à l’hôtel Normandy.

Infos pratiques

Liberté enchères – Éléonore Chalmin

06 13 55 87 40

e.c@liberte-encheres.com

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.