La Veggisserie à Saint-Arnoult – Reportage en Normandie

La veggisserie à Saint-Arnoult :

une histoire de gourmandise…

 

Si on vous dit « vegan » et « sans allergène » vous pensez « sans farine, sans œufs, sans goût » ? Vous imaginez plus facilement du yaourt au soja qu’un mi-cuit au chocolat ? C’est normal. Mais vous allez bientôt changer d’avis en découvrant cette jeune entreprise et ses desserts bio et b’ieaux !

Une histoire de famille

L’histoire de la Veggisserie commence en 2015 par un heureux évènement : Audrey et Timothée Debièvre Hellio apprennent qu’ils vont devenir parents. La vie est belle pour le jeune couple, lorsque Audrey développe au cours de la grossesse une intolérance au lactose. Loin de voir le problème s’estomper une fois leur petit garçon né, ce dernier est lui-même allergique à bon nombre de produits, dont la cacahuète et le lupin. Pas de chance, Timothée est lui même chef pâtissier et il s’avère impossible pour lui de faire partager le goût de ses créations avec sa femme et leur fils. Pis, ils constatent avec désarroi qu’à part le yaourt végétal, il n’existe guère de gourmandises capables d’égayer la fin d’un repas à la mesure d’une bonne pâtisserie. De plaisirs partagés en famille, cuisiner et manger devienent source de stress. 

De ce constat – partagé par de nombreuses familles – Audrey et Timothée se lancent le pari de créer une gamme de gourmandises n’utilisant que des produits végétaux et excluant les principaux allergènes comme le lactose, le gluten, les œufs, etc. Du concept découle le nom de l’entreprise : La Veggisserie, contraction de « veggie » et de « pâtisserie ».

Une histoire de persévérance

L’idée, le nom, les financements sont trouvés. Reste le plus difficile : réussir à substituer les allergènes par d’autres produits. « Quand il y a un jaune d’œuf au beau milieu de 500 grammes d’autres ingrédients dans une recette, on arrive rapidement à trouver une alternative. Mais quand on veut faire un mi-cuit au chocolat et que l’on retire la farine de blé, les œufs et le beurre… c’est tout de suite plus compliqué » explique Timothée. Pas de miracle, il faut chercher, essayer. C’est ce que fait le chef pendant un an avant de pouvoir commercialiser les premières gammes. Pour les macarons, il faudra 150 tests avant de trouver un résultat à la hauteur de l’ambition. Le résultat vaut le coup, puisque la Veggisserie commercialise aujourd’hui trois gammes de produits : des desserts pâtissiers individuels ; des glaces et sorbets avec leur coulis ; quatre parfums de macarons. « Quand on leur explique ce qu’il n’y a pas dedans, les gens sont souvent surpris de goûter et… de trouver ça bon ! » 

Histoire de ne pas faire les choses à moitié, Audrey et Timothée ont fait le choix de produire exclusivement des gourmandises certifiées bio, ce qui ne simplifie pas la tâche. Exit également les conservateurs, arômes et les colorants
artificiels : « Pour les macarons nous utilisons des colorants naturels (curcuma, betterave, café, etc.). On pourrait s’en passer mais ils sont indispensables pour les consommateurs. On ne met que le strict minimum psychologique. »

Une belle histoire

18 mois après le début de la commercialisation, le succès est au rendez-vous pour la jeune entreprise normande. Déjà 140 magasins proposent leurs produits dans toute la France : « Aussi bien des épiceries fines que des magasins bio, indépendants ou franchisés. » Et si vous habitez loin d’un magasin approvisionné, le site Internet de l’entreprise propose une vente en direct de la gamme.

On peut dire que le pari est gagné pour le couple qui souhaitait « rassembler les gourmands, sans qu’un régime alimentaire particulier, qu’il soit guidé par l’éthique ou la santé, ne soit synonyme d’exclusion autour de la table. »

Et pour l’avenir ? La Veggisserie va commercialiser courant 2020 une gamme de produits destinés au rayon frais des magasins (actuellement les produits sont vendus au rayon surgelés). Une belle success story sauce normande qui met l’eau à la bouche !

Testé et approuvé

Par conscience professionnelle autant que par gourmandise, nous avons goûté pour vous le mi-cuit au chocolat. Cinq minutes au four à 180°c et on retrouve en effet tout ce que l’on aime dans ce dessert populaire : la croûte délicate qui renferme un cœur coulant au chocolat. Le résultat est bluffant ! Les néophytes que nous sommes auraient bien du mal à distinguer la version vegan de la version classique.

Infos pratiques

06 22 73 45 00

www.la-veggisserie.com

contact@la-veggisserie.com

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.