Le Grand Hôtel d’Houlgate dans “Immo-Patrimoine”

Le Grand Hôtel à Houlgate,

un joyau du patrimoine qui a traversé les époques

Impossible de le manquer tant il trône fièrement sur la ville. Aujourd’hui immeuble d’habitations, le Grand Hôtel a su traverser le temps sans rien perde de sa superbe. Retour sur la genèse de ce joyau.
Il est beau, majestueux et offre une vue imprenable sur la mer. Il, c’est le Grand Hôtel d’Houlgate. Car celle qui est surnommée La Perle de la Côte Fleurie a aussi eu son Grand Hôtel. Pourtant, depuis l’après-guerre, l’imposante bâtisse, située à l’extrémité de l’avenue des Bains, n’accueille plus ni touristes, ni vacanciers dans sa configuration hôtelière. Il suffit de passer devant en cette période de l’année pour s’en rendre compte ; la plupart de ses volets sont clos et rare est l’agitation lui donnant les signes d’une occupation régulière. Pour autant, une gardienne veille toujours sur ce joyau architectural composé aujourd’hui de quelques 80 appartements privés dans ce qu’il convient d’appeler désormais la résidence Les Pléiades.  Jusqu’à 320 chambres !  Mais replongeons-nous dans les archives pour mieux comprendre la genèse de ce Grand Hôtel. Au XIXe siècle, Houlgate ne s’appelle pas encore ainsi, mais se nomme Beuzeval. Jacques Baumier, originaire de la Sarthe (puis résident à Caen) et célèbre architecte créateur du style régionaliste néo-normand, veut alors développer la petite station balnéaire pour lui donner toute sa noblesse. En 1858, il fonde avec des amis une société civile immobilière et lance le premier plan local d’urbanisme de la commune. Un an plus tard, les premières villas sortent de terre, ainsi que le corps central du Grand Hôtel pour y abriter 120 chambres. Il s’agira là d’une première étape, qui en verra bien d’autres. Au décès de Jacques Baumier en 1886, son fils René-Jacques prend la relève. Il fait d’abord construire deux superbes pavillons à chacune des extrémités, puis en 1904, il magnifie l’ensemble en érigeant une rotonde surplombée d’une coupole. À la fin de ces travaux titanesques, le Grand Hôtel compte jusqu’à 320 chambres ! Mais en 1947, après la Seconde Guerre mondiale, le Grand Hôtel commence à être divisé en appartements privés. Le début de la fin pour ce haut lieu touristique de la Côte Fleurie. Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui encore son architecture fait la fierté de la commune et contribue à sa notoriété. D’autant que depuis 2000, il est inscrit au titre des Monuments Historiques. Et fait toujours l’objet d’innombrables photos souvenirs… 
error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.