Les falaises des Vaches Noires – Reportage en Normandie

À la découverte des falaises des Vaches Noires,
entre Houlgate et Villers-sur-Mer

 

Par un beau dimanche d’octobre, La Gazette fleurie vous emmène (re)découvrir un site unique en Normandie, accessible uniquement à pied depuis Villers-sur-Mer ou Houlgate. Sur près de cinq kilomètres, les falaises des Vaches Noires dressent un paysage époustouflant entre les deux stations balnéaires. Avec 100 mètres de hauteur, elles égalent les falaises d’Étretat. À ceci près qu’ici point de muraille blanche qui tombe à pic dans la mer, mais un enchaînement d’éperons et de ravins dessinés par les infiltrations d’eau de pluie. Contrairement aux falaises du pays de Caux ce n’est donc pas la mer qui est la principale cause d’érosion. Suivez-nous, on vous explique tout !

Des vaches ? Où ça ?

Les Vaches Noires tiennent leur nom des blocs de craie recouverts d’algues échoués sur la plage. On pourrait voir dans ces blocs un troupeau de vaches errant sur la plage (il est bien connu que le calvados, consommé avec modération, stimule l’imagination). Ces blocs sont les témoins de l’érosion de la falaise : ils proviennent des couches de craie présentes en haut de la formation rocheuse. Cette couche de craie poreuse recouvre une couche de marne quant à elle imperméable. L’eau de pluie s’accumule donc dans la craie et forme des poches d’eau. Quand celles-ci parviennent à s’échapper de la falaise elles détachent des blocs de craie qui dévalent la pente au milieu de coulées de boue. La mer termine alors le travail en emportant tous les sédiments et en ne laissant que les blocs les plus lourds. À marée basse on remarque bien que certains sont très éloignés de la falaise. Ce n’est pas la mer qui les a déplacés mais le littoral qui a reculé. On estime en effet qu’il perd une trentaine de centimètres par an. 

Géologie et paléogéographie

Les roches constituant les falaises des Vaches Noires se sont formées au cours du Jurassique (- 150 millions d’années) et du Crétacé (- 65 millions d’années). Au Jurassique, la Terre ne ressemble pas du tout à celle que nous connaissons aujourd’hui. Les continents sont en perpétuels mouvements, même si à l’échelle d’une vie humaine et même d’un millénaire ces mouvements sont pour ainsi dire invisibles. Il y a 150 millions d’années, l’actuelle Europe est en fait un archipel dont les îles correspondent aux vieux massifs montagneux que l’on peut encore observer (massif armoricain, massif central, etc.). Notre Normandie se trouve donc sous l’eau. Les millénaires voient se déposer au fond de cette mer des sédiments, c’est-à-dire un ensemble de particules d’origine animale, végétale ou minérale. Petit à petit, ces sédiments vont se transformer en différents types de roches que l’on voit aujourd’hui aux Vaches Noires.

 

Sur la plage abandonnée, ammonites et crustacés

Un fossile est la trace laissée par un être vivant dans la roche sédimentaire. Cela peut aussi bien être une trace de vie (empreinte de pas ou déjections) ou la trace directe d’un être vivant. On peut également trouver des fossiles de végétaux, par exemple de morceaux de bois. Ils ne peuvent se former que dans des conditions particulières et sont donc rares. Or, dès le XVIIIe siècle le site des Vaches Noires est remarqué pour la quantité et la qualité de ses fossiles. Depuis des paléontologues professionnels ou amateurs viennent du monde entier sur ce lieu hors du commun. Et pour cause, les falaises regorgent de fossiles d’huîtres, de moules, d’ammonites, d’éponges, etc. Avec un peu de patience et d’observation vous pourrez certainement en trouver en longeant la côte à marée basse. Vous pouvez en ramasser car ils disparaîtront certainement à la prochaine marée. Attention toutefois, il est interdit de monter sur les falaises, classées zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique ; la balade n’est autorisée que sur la plage.

« Jurassic park » sur la Côte Fleurie

Au-delà des mollusques et autres crustacés, les Vaches Noires ont aussi livrés des fossiles d’animaux marins, dont certains n’ont pas à envier la taille des animaux du célèbre film de science-fiction. Si les noms de Metriorhynchus, Steneosaurus, Ophthalmosaurus, Cryptocleidus ou encore de Liopleurodon ne vous disent peut-être rien, la reconstitution de ces charmants animaux marins ne nous fait pas regretter de ne pas les avoir sous nos pieds quand nous barbotons dans La Manche… Chose plus étonnante, des fossiles de dinosaures ont même été retrouvés aux Vaches Noires. Etonnant car, rappelez-vous, l’actuelle Côte Fleurie se trouve sous l’eau au Jurassique, or il s’agit bien d’espèces terrestres. La seule explication est que ces dinosaures vivaient sur une terre émergée proche (par exemple le massif armoricain) et que courants fluviaux et marins ont amené leurs cadavres au beau milieu de la mer. La première découverte d’un dinosaure aux Vaches Noires remonte à 1770. Il s’agissait d’un Streptospondylus altdorfensis, un dinosaure carnivore d’environ 8 mètres de long. Brrrr

 

Paléospace à Villers-sur-Mer, le temple des dinosaures

À la fois culturel et scientifique, le Paléospace de Villers-sur-Mer, ouvert en 2011, propose un voyage dans le temps, à l’époque du Jurassique, il y a 160 millions d’années… Au fil de la galerie de 300m2, à travers des expositions, des expériences et des reconstitutions, découvrez le monde fascinant des dinosaures et des fossiles, dont une grande partie de la collection vient des falaises des Vaches Noires situées à quelques mètres de là. Vous pourrez prolonger votre voyage dans le cosmos grâce à Planétarium, ouvert lui en 2017. Avec le Paléospace, c’est une véritable plongée inédite dans l’au-delà et l’infini qui vous est proposée. Ne manquez pas non plus de participer aux nombreuses animations organisées toute l’année. Toutes les informations sur www.paleospace-villers.fr

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.