Les Franciscaines à Deauville | REPORTAGE EN NORMANDIE

Coulisses de chantier Les Franciscaines à Deauville

 

Valérie Busseuil, Directrice de la communication et du développement des publics pour Les Franciscaines, a levé pour les lecteurs de La Gazette fleurie un pan du voile, et nous a fait découvrir les coulisses de ce projet exceptionnel, en phase terminale d’aménagement. Je me suis rendu sur place avec la ‘Tite Voix, attifée de sa cape d’invisibilité. Je prie Valérie de m’excuser pour cette intrusion, mais j’avais promis à la ‘Tite Voix de ne pas mentionner sa présence, en échange de quoi elle m’aiderait à rédiger cet article.

Photo ©Cabinet Moatti & Rivière

À peine arrivés sur place, la ‘Tite Voix s’adresse à moi mezzo voce

D’où les Franciscaines tirent-elles leur nom ?

Eh bien, les Franciscaines tirent leur nom de la congrégation des Sœurs Franciscaines de Notre-Dame de Pitié de Deauville qui résidait en ces lieux. Et Franciscain tire son nom de Saint François d’Assise, considéré comme le précurseur du dialogue interreligieux.

Et ce projet, à propos duquel tout le monde est dithyrambique, comment le décrire ?

Bon, tu n’es pas sans savoir que le mot « projet » vient du latin et se décompose en deux racines : pro, qui signifie « en avant », et jacere, qui signifie « jeter ». Et pour pouvoir se projeter, ben il faut inévitablement un point de départ, en l’occurrence ce magnifique ensemble patrimonial, développé à partir de 1894. Il a traversé un peu plus d’un siècle en remplissant des fonctions successives : un orphelinat pour les filles de marins disparus en mer, un hôpital pendant la Première Guerre mondiale, de nouveau un orphelinat puis une école ménagère pour les jeunes filles. Enfin, en 1954, il a abrité un lycée professionnel devenu privé en 1971. En 2009 les Sœurs Franciscaines font Le choix de réorganiser leurs activités. Ce faisant, elles construisent des locaux plus adaptés, plus fonctionnels juste à côté de l’existant. C’est à ce moment-là que la ville de Deauville fait opportunément l’acquisition de ce très beau patrimoine et fait mûrir son projet.

Ben, j’en reste sans voix !

Allons bon. Ben, ça va être pratique pour continuer, ce dialogue. Figure-toi, la ‘Tite Voix, que c’est un véritable défi relevé par le cabinet d’architectes lauréat du concours pour la maîtrise d’œuvre. C’est sur cet ancien couvent du XIXe siècle que prend forme un tout nouveau lieu de culture innovant dont le nom, « Les Franciscaines », évoque le passé. Un défi hors-norme, qui vise à entériner la rencontre entre un héritage patrimonial fort et une expérimentation culturelle audacieuse, pour ne pas dire tout ce qu’il y a de plus avant-gardiste.

Ah, je vois. Suis-je sur la bonne voie en pensant que c’est un lieu cultuel qui se transforme en un lieu culturel ? L’idée ne manque pas d’air !

Tout à fait ça. Bon, laisse-moi te présenter, ainsi qu’à nos lecteurs, les Franciscaines. Suivons Valérie ! 

La porte d’origine du couvent a été préservée, et elle est désormais flanquée de deux portails monumentaux de 15m de haut. Toujours ouverts, ils sont une véritable invitation pour le public à franchir le seuil. Une ode au décloisonnement en quelque sorte.

Sur une surface de 6 500 m², ce lieu abritera des expositions permanentes, et temporaires. L’exposition inaugurale, « Sur les chemins du Paradis », du 27 juin au 13 septembre vise à rassembler des miniatures, manuscrits, peintures, céramiques, objets rituels, tapis, arts graphiques, photographies et vidéos qui viennent retracer les métamorphoses de l’idée de « paradis » dans les trois religions du livre – judaïsme, christianisme et islam – du troisième millénaire avant JC à l’époque contemporaine. 

Photo ©Cabinet Moatti & Rivière

J’ai ouï dire qu’il y aurait une Médiathèque. On peut en savoir plus ?

La Médiathèque, consiste en un fond de 70 000 documents dont 40 000 ouvrages/livres catalogués, environ 7 000 CD, 2 000 DVD, une ludothèque, qui seront rassemblés au sein de galeries thématiques. La partie « romans » se trouvera au sein de la salle à manger. Et, parmi ces documents, il y aura deux fonds spécialisés inédits, issus de donations. Le premier sur l’histoire de Deauville, le second sur la filière cheval, un secteur majeur de l’économie locale. Tu imagines un peu l’aubaine ?

Et le Musée, quel va en être le thème ?

Les Franciscaines abritera le Musée André Hambourg, (1909 – 1999) artiste peintre figuratif, et peintre officiel de la Marine. Sa veuve ayant fait don de toute son œuvre, qui représente plus de 600 pièces, à la ville de Deauville. Un espace permanent est alors totalement consacré à A. Hambourg pour valoriser cette collection inestimable.

Et tu crois qu’il y aura une opportunité pour que je me produise dans l’auditorium ? 

Faut voir, mais le fait est que l’auditorium, situé dans l’ancienne chapelle, sera entièrement modulable, au fil des programmations et des spectacles. Les 247 sièges en gradin sont rétractables, en quelques minutes. Une véritable prouesse qui laisse augurer de sublimes représentations, de toutes natures, pour le ravissement du public. 

Et si je te le demande gentiment, tu peux me donner une bonne raison de me rendre aux Franciscaines ?

Bien sûr ! Et nos lecteurs étant, eux-aussi, convoiteux d’une telle information, ils en profiteront également. Cet ensemble culturel du XXIe siècle est une invitation, pour tout un chacun, à découvrir, à créer du lien, à s’enrichir, à transmettre et à partager. Tu peux imaginer un lieu de vie et de convivialité ou le visiteur sera l’acteur de son séjour. Une indéniable incitation à s’approprier ce lieu dans son ensemble.

Ah ben dit comme ça … Bon, j’te laisse, je vais découvrir tout ça !

Un instant, pas si vite… Les Franciscaines ouvriront au public le 27 juin seulement, mais tu peux te préparer à l’idée pour commencer. 

Promis, je serai au rendez-vous. Je vais même suggérer à la comédienne Isabelle Adjani de m’accompagner pour fêter son anniversaire aux Franciscaines ! Te v’là avec un véritable scoop pour les lecteurs de la Gazette fleurie !

Tu as raison la ‘Tite Voix. Et certainement que la superbe cafétéria, avec une magnifique terrasse extérieure, paysagée et exposée plein Sud va l’impressionner. On fera en sorte de diffuser l’information le 1er avril… si tu n’y vois pas d’inconvénient ?

Photo ©Naïade Plante

Infos pratiques

www.lesfranciscaines.fr

Ouverture au public :

2 journées portes ouvertes le samedi 27 et dimanche 28 juin

Envie de lire d'autres articles dans ce genre ?

Cidre & Dragon – Reportage en Normandie

Cidre & Dragon – Reportage en Normandie

Cidre et Dragon, un fantastique festival à Merville-Franceville-Plage   Imaginer un événement pour rendre la littérature médiévale fantastique accessible à tous. C’est l’idée qu’a eu une poignée d’amis lors d’une discussion en 2005. Un an après, l’association Le Raid Tolkien donne naissance à...

lire plus
error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.