“L’homme qui pleure de rire” de Frédéric Beigbeder | CULTUR’ET VOUS

« L’homme qui pleure de rire »

de Frédéric Beigbeder, éditions Grasset

Octave Parango était publicitaire dans « 99 Francs ». Il cherchait la plus belle femme du monde pour un groupe de l’industrie cosmétique dans « Au secours pardon ». Le voici un peu plus vieux et un peu désabusé dans ce roman sans titre en couverture (mais le livre en a quand même un : « L’homme qui pleure de rire »). Octave surfe sur un reste de gloire passée et trouve refuge dans la station France Publique où il a un billet d’humeur de 3 minutes dans la matinale. Mais voilà qu’Octave se fait virer (il s’agit bien évidemment d’un roman…) et du coup jette un regard interrogateur sur la place des humoristes au sein d’une radio publique et plus généralement dans le débat public : leur uniformité de pensée, leur puissance, … Il est en effet difficile pour un invité de répondre à un humoriste. Si le roman de Frédéric Beigbeder est un regard sur le monde qui entoure son double littéraire, c’est aussi un regard introspectif et une réflexion sur le temps. Le roman commence par ces mots « Je m’appelle Octave Parango et j’ai soixante-quatorze ans dans vingt ans ». 

Par la Librairie du Marché, place du Marché, Deauville. Tél. : 02 31 88 92 95

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.