Quelle est l’origine du Père Noël ? Cultur’et vous !

La minute cultur’G :

Le Père Noël, un mythe venu de Myre

Le Père Noël aurait pour origine Nicolas de Myre (270 – 345), évêque de la ville éponyme au Sud de la Turquie. On le connait mieux sous le nom de Saint-Nicolas. On retrouve en effet dans sa représentation toute la symbolique du Père Noël (barbe blanche, manteau rouge, …). Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de la Saint-Nicolas dans les pays d’Europe, les Néerlandais gardèrent leur Sinter Klass (le nom hollandais pour Saint-Nicolas) et sa distribution de jouets aux enfants sages. Lorsque lesdits Néerlandais s’installèrent aux États-Unis (à partir de 1614), Sinter Klass devint, par malformation dialectique, Santa Claus. Un mythe est né…  Un certain Clement Clarke Moore écrivit en 1821 un conte de Noël pour ses propres enfants dans lequel Santa Claus apparaît dans un traineau tiré par des rennes. Ce même auteur rédigea 2 ans plus tard un texte qui parlait de lutins distribuant des cadeaux aux enfants par la cheminée et se déplaçant dans une carriole tirée par 8 rennes. Un neuvième renne fut rajouté en 1939… Rudolf, qui fut chargé d’éclairer le chemin du Père Noël grâce à son « nez rouge lumineux ». Le récit fut traduit en plusieurs langues et diffusé dans le monde entier. « Et la naissance du Père Noël, alors ? » me demanderez-vous avec des étoiles plein les mirettes. En 1863, le dessinateur Thomas Nast revêtit Santa Claus d’un costume garni de fourrure blanche et portant un large ceinturon de cuir pour une gazette new-yorkaise (fleurie – ou pas – l’histoire ne le dit pas…). Pendant près de 30 ans, Thomas Nast représenta, dans cette gazette, Santa Claus ventru et jovial, à la barbe blanche et accompagné de rennes. En 1885, il dessina même le parcours de Santa Claus, qui va du Pôle Nord aux États-Unis : sa résidence était ainsi établie. Un an plus tard, l’écrivain Georges P. Webster précisa que la manufacture de jouets ainsi que la maison du Père Noël « étaient cachées dans la glace et la neige du Pôle Nord », confirmant par cette affirmation les dessins de Nast précité. C’est en 1931 qu’une célèbre marque de soda au goût de cola a eu le génie de demander à un certain Haddon Sundblom de dessiner ce vieux bonhomme (dont la renommée était grandissante) en train de siroter un cola pour reprendre des forces pendant la distribution des jouets. Ainsi, les enfants seraient incités à boire ce célèbre élixir durant l’hiver. Le dessinateur l’habilla aux couleurs de la célèbre bouteille : rouge et blanc. Ce nouveau look et la renommée qui lui valut la publicité, firent du vieux bonhomme le maître planétaire de la nuit magique. Il y eut bien quelques mouvements de protestation de la part des catholiques contre cette envahissante popularité, la nuit du 24 au 25 décembre étant à l’origine celle de l’enfant Jésus. Certaines manifestations allèrent même jusqu’à brûler l’effigie du Père Noël, mais tout rentra dans l’ordre au fil du temps.  Sachez qu’en France, le Père Noël a été popularisé par les soldats américains à la fin de la Seconde Guerre mondiale (en même temps que la pâte à mâcher, le cola, les lunettes de soleil). Même si le personnage était connu depuis longtemps dans l’hexagone, la résistance des catholiques à ce genre de traditions laïques avait freiné l’expansion du gros bonhomme à la barbe blanche. Quoi qu’il en soit, l’arrivée du Père Noël reste magique pour tous et symbolise tout notre attachement à notre famille et nos proches. Reste qu’avant le 24 décembre et bien qu’il soit dans un état d’agitation allant crescendo jusqu’au soir de Noël et la distribution des jouets par milliers, vous pouvez toujours téléphoner au Gros Joufflu, dont l’enjouement et l’embonpoint plaisent énormément aux enfants, et aux adultes aussi ! Il vous suffit d’écrire au Père Noël, rue des Nuages au Ciel. À partir du moment où il est noté « Père Noël » sur votre enveloppe et que vous avez déposé le courrier à La Poste, il recevra comme par magie tous les courriers directement chez lui, en Laponie ! Et ce sont les Lutins de La Poste à Libourne (33) qui, comme chaque année depuis 1962, sont chargés de vous répondre. Oh ! Oh ! Oh ! On parie que vous allez céder sous la pression de vos chérubins ?
error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.