Trois Cafés gourmands dans “Cultur’et vous”

Rencontre avec les « Trois Cafés gourmands », avant leur représentation au Casino Partouche de Cabourg

Pourquoi avoir créé le groupe ?

Mylène : Le groupe n’est pas récent du tout. Nous sommes trois amis d’enfance et nous jouons ensemble depuis notre adolescence. Je chantais, Jérémy était à la guitare et
Sébastien venait nous voir répéter et nous a rejoints. Nous faisions des concerts de reprises, ensuite nous avons commencé nos petites compositions. C’est à ce moment-là que nous avons dû choisir un nom de groupe : « Trois Cafés gourmands », en 2013.

Vous êtes à 117 millions de vues pour votre chanson « À nos souvenirs », sur YouTube. Qu’est-ce que cela fait ?

Mylène : Ça fait beaucoup mais ce n’est pas palpable. On s’en rend compte une fois sur scène, à nos concerts avec toutes ces personnes qui chantent avec nous. La chanson a été écrite bien avant qu’on soit connus en plus, c’était pas du tout calculé.

Sébastien : C’est moi qui l’ai écrite, en quittant la Corrèze après être revenu un week-end. Je l’ai composée sur la route, dans la voiture… La chanson raconte notre enfance mais surtout, elle reflète le moment où tu es obligé de repartir d’un endroit où tu as tous tes repères.

Vous préférez les festivals ou les concerts ?

Mylène : Ça dépend. Les festivals sont en plein air, ça fait beaucoup de bien, surtout quand il fait beau. Ce sont de supers moments qui nous permettent de rencontrer d’autres artistes, il y a un peu plus de légèreté. On est aussi un peu plus proches de notre public. Dans une salle de concert, selon la taille évidemment, il ne faut pas forcément penser à l’échange.

Jérémy : Ce qui nous plaît le plus est d’être sur scène de toute façon !

Le plus dur est d’écrire un premier tube, un premier album ? Ou justement, c’est rebondir ensuite ?

Mylène : On n’avait pas du tout prédit le succès de « À nos souvenirs ». On n’a pas la recette d’une chanson qui fonctionne. Il ne faut surtout pas se dénaturer et rester fidèles à nous-mêmes. On ne va pas changer pour faire des tubes.

Quelle est votre actualité jusqu’à la fin de l’année ?

Mylène : Nous allons dans plein de festivals, notamment les Papillons de nuit pour les Normands, le 9 juin. Nous irons également sur la scène du Rock In Évreux, le dimanche 30 juin. Puis, des dates nous attendent au zénith de Caen, le 28 novembre, puis le 6 décembre au zénith de Rouen.

MC

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.