Virginie Lemoine, invitée de UNE (PARENTHÈSE) AVEC

Virginie Lemoine, sur les planches d’Houlgate

 

Pendant 15 ans, jusqu’en 2016, Virginie Lemoine a été l’héroïne du téléfilm « Famille d’Accueil ». Avant ça, elle nous a fait rire aux côtés de Jacques Martin dans « Ainsi Font Font Font », ou chez Michel Drucker avec son acolyte Laurent Gerra dans « Studio Gabriel ». Comédienne populaire et aimée, toujours sur les planches à jouer ou à la mise en scène, Virginie Lemoine co-organise, en mai prochain, un festival de théâtre et d’humour dans sa ville de cœur : Houlgate. 

Photo ©Ludovic Baron

Virginie Lemoine…

Début mai, vous organisez un festival de théâtre et d’humour à Houlgate. Comment a germé cette idée ?

C’est surtout à Jean-Michel Mingasson (auteur et metteur en scène) que l’on doit ce festival. Il est extraordinaire, l’idée est magnifique. Il a les compétences et un enthousiasme incroyables. Moi, je le suis.

Vous devez êtes très sollicitée par des organisateurs de festivals. Pourquoi Houlgate ?

Parce que j’y ai une résidence secondaire. Houlgate est ma patrie de cœur et j’y viens dès que je peux. 

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce festival ? 

On a choisi les spectacles ensemble avec Jean-Michel. Il y en aura des musicaux, pour enfants, une comédie de Sacha Guitry, … Il y aura aussi un concours, dans la région il y a forcément des talents. On va offrir un festival de qualité car on a à cœur de l’ancrer dans la vie locale. Le rire est avant tout un objet de qualité, nous devons nous en servir. 

Vous avez fait le conservatoire de Rouen. Quels souvenirs en gardez-vous ? 

Un excellent souvenir. On a beaucoup rigolé, mais aussi beaucoup travaillé. C’est là que ma vie a démarré, que je me suis épanouie. Avant, j’allais au lycée pour être avec les amis c’est tout.

Vous êtes une comédienne très populaire. Une popularité qui a commencé dans « Studio Gabriel » avec Laurent Gerra, et qui s’est poursuivie avec « Famille d’Accueil » sur France 3. Ce n’est pas trop difficile d’être toujours associée à ces deux rôles ?

Ça a commencé sur France Inter, avant « Studio Gabriel ». Mais c’est impossible de mesurer le poids qu’on a auprès du public. Moi, la seule chose qui m’anime c’est de faire ce qui me plaît. Après, il y a des gens qui me connaissent uniquement pour mon rôle dans « Famille d’Accueil », et d’autres uniquement par le théâtre. 

Pendant 15 ans justement, vous avez été Marion Ferrière dans « Famille d’Accueil ». Comment se détache t-on d’un tel rôle après tant d’années ? 

Il ne faut pas s’encombrer de raisonnements. J’ai beaucoup tourné, ça été une aventure formidable. Une série qui commence est forcément une série qui se termine. Et puis ce métier est fragile et aléatoire.

Le théâtre tient une grande place dans votre carrière. Est-ce que vous le préférez à télévision et aux téléfilms ? 

Je n’ai pas de préférence. Notre métier prend différentes formes et que ce soit sur les planches ou à la télé, chaque expression a sa difficulté. 

J’adore tourner, et j’adore aussi le théâtre, la mise en scène, … Tout est une question de circonstances. 

En 2018, vous vous êtes essayée à la mise en scène, et depuis vous continuez. Est-ce une nouvelle corde à votre arc artistique ? 

J’adore concevoir un spectacle. L’idée d’avoir un projet, de le mener de bout en bout, trouver les comédiens, le financement, … C’est génial.

On ne vous voit pas dans des rôles principaux au cinéma. Est-ce un choix de votre part ? 

Ça m’est égal. La seule chose qui m’importe c’est de pouvoir gagner ma vie en faisant des choses qui me plaisent. Je ne rêve pas d’un rôle important, mais d’un rôle magnifique. 

À quand maintenant un « seule en scène » ?

Ah non, plus de sketchs. Je n’ai jamais aimé ça. Ça me terrorise, l’exercice ne m’a jamais plu. 

On vous voit toujours pétillante et souriante. Vous avez un secret pour ça ? 

Je suis très lucide sur le temps qui passe et consciente que tout est éphémère, je profite donc de chaque instant. 

Virginie Lemoine, ça vous évoque quoi…

L’humour noir ?

J’aime bien, mais ça dépend comment c’est pratiqué.

L’humour belge ?

Je ne sais pas ce que c’est. Mais les Belges sont drôles et doués.

L’humour politique ?

Des gens savent très bien le faire, et j’ai beaucoup d’admiration pour eux. Comme Pierre Douglas par exemple. 

L’humour potache ?

Comment ça se définit cet humour là ? L’humour en général est défini par la personne qui le pratique. 

L’humour absurde ?

Je trouve ça génial. J’adore les Monty Pithon. 

L’humour caustique ?

Ça dépend quoi et avec qui.

L’autodérision ?

J’adore ça. C’est ce qui peut sauver le monde ! C’est ma source de jouvence, je la pratique tout le temps. 

Pour terminer, une petite blague ?

Oh je n’y arriverais pas. C’est difficile de faire rire sur commande. 

Envie de lire d'autres articles dans ce genre ?

error: Contenu protégé. Contactez-nous pour l\'utiliser.